Basile Palace

Basile Palace, c’est avant tout l’histoire d’un rappeur qui voulait chanter, ou d’un chanteur qui
voulait rapper, au choix. Basile, jeune parisien de 24 ans, grandit entre les cours de solfège, la
journée, et les entraînements de diction, à travailler son flow en imitant Eminem et Sexion
d’Assaut, un stylo dans la bouche, le soir. C’est à ce carrefour musical, celui de son enfance, qu’il
a voulu revenir en 2019, en créant son projet Basile Palace.
Le résultat est inclassable et atemporel : quelque part entre les mélodies enfantines d’Eli et Jacno,
les refrains entêtants de Julian Casablancas, l’acidité d’Orelsan, le personnage fantasque d’Elton
John et les synthés années 80 de The Weeknd, Basile Palace est un ovni musical.
Mais Basile Palace, c’est aussi une manière de voir le monde, de parler d’amour et de toucher
juste. C’est une invention, c’est un personnage, qui trompe la tristesse et s’amuse de ses larmes.
En faisant de la détresse sentimentale une fête et de la nostalgie un sentiment dansant, Basile
nous invite dans un palace d’émotions scintillantes et pose un filtre pop sur sa propre mélancolie